Chœur de cible

Création 2022

Un Tryptique
 

La compagnie 29.27 – Gaëlle Bouilly et Matthias Groos - s’engage dans une réflexion  autour d’un triptyque intitulé LE CHANT DU CYGNE ou la fin d’un monde

Ces trois créations interrogent de concert la délicate période qui traverse notre monde avec le désir d’en donner une lecture symbolique et poétique. Il s’agit de décliner dans ces trois créations, à la fois reliées et distinctes, la notion d’apocalypse joyeuse. 

Ce nouveau cycle a été pensé autour de trois créations :


> Un duo fondateur, la genèse : Chœur de cible met en scène deux acolytes, deux différences qui se complètent, se répondent, s’opposent. De cette relation naît un appétit jubilatoire à construire des mondes et à les faire disparaître. Gaëlle Bouillly (architecte-scénographe) et Matthias Groos (danseur-chorégraphe) révèlent à quel point l’entreprise commune qui lie deux êtres peut déplacer des montagnes et, pourquoi pas, créer un monde meilleur. 
Une pièce qui refuse les assignations, défend l’altérité et la complicité.  
« Ne pas correspondre à ce qu’on attend de nous, refuser les assignations, être plus que soi, plus que l’autre, plus que nous deux réunis… »
 

> Une partition à transmettre pour des amateurs - Le feu au lac - : que se passe-t-il quand le geste révolutionnaire s’invite chez Tchaïkovski ? Quels sont les enjeux corporels des grandes manifestations qui secouent le monde ? Quel commun chaque individu vient chercher dans ces grandes réunions ? 
«  Debout, coucher, chuter, avancer, résister, lancer, porter, scander, revendiquer…exister dans l’urgence face à ceux qui pensent qu’il n’y  pas le feu au lac. Et puis laisser apparaître au milieu d’un écran de fumée un cygne salvateur, un acte de résistance encore plus grand, une poésie manifeste…» 


> Un pièce de groupe - Phoenix ou les hôtes de ces bois - : librement inspiré de «la danse des grand-mères» de Clarissa Pinkolas Estes, cette création mettra en scène  3 interprètes dans une forme théâtrale et chorégraphique autour de la question des fins qui ne sont que des éternellement recommencement.
« les 3 parques s’étaient données rendez vous sur le banc écaillé qui trônait devant la porte du cimetière. Elle avaient emmené avec elle du pain, du fromage et du vin. Une fois installées, emmitouflées dans des tissus de voyage, elles se turent et restèrent immobiles à contempler le paysage. Au bout d’un moment l’une d’elle se mit à fredonner une petite mélodie qui remplit le vide d’une joyeuse mélancolie. Les deux autres se mirent à sourire et au fur et à mesure que la mélodie devenait une chanson endiablée, elle déployèrent des rire d’ogresses affamées...» 

Ces trois créations visitent, à des échelles différentes, le duo, la pièce de groupe, la partition pour de très nombreux amateurs, notre besoin d’exulter une joie de vivre devenue presque étrangère de tous les discours, défendre une poétique de la gravité tout autant que l’élan de nos vies qui se consument.
 

Ces trois créations affirment aussi le désir de la compagnie de se projeter dans un temps long et fructueux, que ce soit du point de vue de la production comme de la parole artistique.


 

--

Chœur de cible : le point de départ 
 

«  Au départ, on a regardé les autres faire. Puis, au bout d’un moment, on a eu envie de faire aussi. Alors on a pris une brosse à cheveux, on s’est enfermé dans la salle de bain, piqué du maquillage et, avec de la musique sur les oreilles, on a fait nos premiers play-backs, et c’était beau. Emprunter la voix de l’autre, son timbre et ses mots. On a commencé à se déplacer. Se mettre à la place de l’autre. Certains appellent ça play-back, d’autre empathie. Dans quelle mesure puis-je me mettre à la place de l’autre ? Est-ce que je me suffis à moi-même ? Suis-je une résolution définitive ? 
 

On a toujours senti un manque. Apprivoiser le territoire du manque, c’est ce qui nous a sauvé. On aurait pu mettre une main sur nos yeux pour se conformer à ce que les autres voulaient voir de nous : un enfant sage, un enfant satisfaisant, un enfant de rêve. 
Bref, un enfant qui n’existe pas. 
Or, nous, il nous manquait une partie, une opposition qui nous permette de se rassembler. Ce que l’autre n’avait pas vécu, l’autre allait pouvoir lui transmettre. Ce que l’autre avait vécu de mauvais, l’autre allait pouvoir l’apaiser. On assemble dans l’espace le haut et le bas, la droite et la gauche, le devant et le derrière, le proche et le lointain. La fille et le garçon. Le garçon et la fille. 
 

Bonjour je m’appelle Matthias, bonjour je m’appelle Gaëlle, bonjour on s’appelle 29.27, bonjour on s’appelle plus que ça, bonjour on nous appelle toujours comme ça, bonjour je m’appelle comme je veux…
 

Deux points dans l’espace définissent un segment. C’est déjà un support dans le vide. Presque une direction. Il n’y a pas de «il était une fois», on n’en a pas eu besoin. On a pris une pelle et un saut et on a commencé à construire des châteaux. 
Après, on a continué : on a fait des spectacles.
 

Nous sommes choristes, nous sommes renforts. Nous alignons nos deux voix sur des lignes mélodiques qui construisent des ponts entre nos deux rives. Ce lien, ce trait d’union, permet de viser juste vers des territoires inconnus qui sont loin de nous. Le chant d’une odyssée à notre échelle, un cœur épique.

Un choeur de cible.»
 

Gaëlle Bouilly / Matthias Groos
 

Distribution


Conception et réalisation
Gaëlle Bouilly et Matthias Groos

Interprètes

Gaëlle Bouilly

Matthias Groos

 

Complice chorégraphique

Pauline Sol Dourdin

Vigie dramaturgique

Brigitte Livenais

Coaching vocal

Erwan Noblet

Création costumes
Cécile Pelletier 

Création vidéo

Marc Tsypkine

Création musicale

Rémy Chatton

Création lumières

Stéphanie Petton

Collaboratrice de direction
Aurélia Roche Livenais
Régie de tournée

Solène Morizeau

© Clément Szczuczynski

__

Partenaires - en cours

Partenaires 

Centre Chorégraphique National | NANTES (44)

Quatrain | HAUTE GOULAINE (44)

L'Hermine | SARZEAU (56)

Le Quai des rêves | LAMBALLE (22)

Le Théâtre Francine Vasse | NANTES (44)

Soutiens
Ville de Nantes
Avec le soutien de l’État – Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) des Pays de la Loire dans le cadre de France Relance
Conseil départemental de Loire Atlantique (en cours)
Conseil Régional des Pays de la Loire (en cours)

DRAC Pays de la Loire (en cours)
 

Rendez-vous pour découvrir cette création en cours
__

10|12|21 à 12h30

Au SEPT CENT QUATRE VINGT TROIS | Nantes (44)

21|01|22
LA Danse en fabrique | Nantes (44)

17|03|22 à 19h
Au Centre Chorégraphique National de Nantes | (44)

 

24|06|22 à 14H30

A l'Hermine | Sarzeau (56)

 

Représentations 2022-2023

__
 

09-10|11|22 

Premières représentations
Au Quai des rêves | Lamballe (22)

25|10|22 

Le Quatrain | Haute Goulaine (44)

Janvier 2023

Festival Trajectoires
Au Centre Chorégraphique National de Nantes | (44)

10|03|2023

L'Hermine | Sarzeau (56)

Cie29.27_Choeur_de_cible__Clément Szczuczynski (133)
Cie29.27_Choeur_de_cible__Clément Szczuczynski (133)

press to zoom
Cie29.27_Choeur_de_cible__Clément Szczuczynski (124)
Cie29.27_Choeur_de_cible__Clément Szczuczynski (124)

press to zoom
Cie29.27_Choeur_de_cible__Clément Szczuczynski (75r)
Cie29.27_Choeur_de_cible__Clément Szczuczynski (75r)

press to zoom
Cie29.27_Choeur_de_cible__Clément Szczuczynski (133)
Cie29.27_Choeur_de_cible__Clément Szczuczynski (133)

press to zoom
1/7