Chœur de cible

Création 2022

Un Tryptique

La compagnie 29.27 – Gaëlle Bouilly et Matthias Groos - s’engage dans une réflexion
autour d’un triptyque intitulé LE CHANT DU CYGNE ou la fin d’un monde.

Ces trois créations interrogent de concert la délicate période qui traverse notre monde
avec le désir d’en donner une lecture symbolique et poétique. Il s’agit de décliner dans
ces trois créations à la fois reliées et distinctes la notion d’apocalypse joyeuse.

Ce nouveau cycle a été pensé autour de trois axes :

> Un duo fondateur - Chœur de cible - réunissant sur le plateau Gaëlle Bouilly et Matthias
Groos : pièce vocale, chorégraphique et scénographique évoquant l’instabilité permanente
du vivant et son déséquilibre créatif à travers un face à face qui entreprend
comme un grand ménage de printemps, inventaire identitaire.

« Ne pas correspondre à ce qu’on attend de nous, refuser les assignations, être plus que
soi, plus que l’autre, plus que nous deux réunis… »


> Une partition à transmettre pour des amateurs - Le feu au lac - : que se passe-t-il
quand le geste révolutionnaire s’invite chez Tchaïkovski ? Quels sont les enjeux corporels
des grandes manifestations qui secouent le monde ? Quel commun chaque individu
vient chercher dans ces grandes réunions ?

« Debout, coucher, chuter, avancer, résister, lancer, porter, scander, revendiquer…exister
dans l’urgence face à ceux qui pensent qu’il n’y pas le feu au lac. Et puis laisser apparaître
au milieu d’un écran de fumée un cygne salvateur, un acte de résistance encore
plus grand, une poésie manifeste…»


> Un pièce de groupe - Phoenix ou les hôtes de ces bois - : comment le travail de forge
qui construit le geste de demain sera pluriel, réunira l’impossible au service d’un projet
à la fois humble et réinventé.

« Les initiés étaient en cercle, sur les extérieurs, dans un temps entre chien et loup. Et,
après s’être perdus dans la confusion de leurs corps, la première chose qu’ils allaient
construire, c’était le partage du même temps, de la même durée, un premier battement,
une pulsation… »

Ces trois créations visitent, à des échelles différentes, le duo, la pièce de groupe, la partition pour de très nombreux amateurs, notre besoin d’exulter une joie de vivre devenue
presque étrangère de tous les discours. De défendre une poétique de la gravité tout autant que l’élan de nos vies qui se consument.
Ces trois créations affirment aussi le désir de la compagnie de se projeter dans un temps long et fructueux, que ce soit du point de vue de la production comme de la parole artistique.

--

NOTE D'INTENTION

 

2020 et 2021 seront dévolues à la production et la réalisation de Choeur de cible.
Cette création remet au plateau Gaëlle Bouilly et Matthias Groos pour un face à face
complémentaire.

A ce moment de leur parcours, les deux artistes ont éprouvé le besoin de re-questionner
ce qui fait sens pour eux depuis tant d’années : une complicité et une altérité qui fait
toujours émerger un tiers créatif, soit 1+1 = 3. L’autre est celui qui vient m’augmenter,
me réduire, me révéler, me déplacer ? Ce tiers créatif est la résultante de la somme des
deux. Cette parole, cette voix, sera au centre du travail.

Après avoir fait dialoguer la danse et une narration cinématographique dans Un seul
être, ce nouvel opus affirme de nouveau l’envie de déplacer la danse et le rapport qu’on
entretient avec. C’est à travers le chant que cette création s’articulera.

Et si on s’était trompé de vocation ? Il y aurait encore le moyen de rattraper le coup en
écrivant une comédie musicale ? Trouver un compromis, entre celui qui est au-devant
de la scène et qui pense être seul, et celle qui tire les ficelles dans l’ombre et qui pense
aussi être seule. Faux concert, vraie chorégraphie, confession existentielle sur nos identités multiples, dernière terre vierge pour partir à l’aventure de soi.

Le chant traversera cette neuvième création : une chanson, c’est tout un monde qui se
construit en 4 minutes, elle tend la main à tous, c’est le cadeau idéal.

On dit souvent à quelqu’un qu’il faut qu’il fasse entendre sa voix pour exister pleinement,
pour qu’on puisse le reconnaître, pour qu’il se différencie. Et puis, un jour, on lui dit de
baisser d’un ton, parce qu’il commence à prendre de la place.

Chœur de cible est un bain de jouvence, espiègle et décalée.
Chœur de cible c’est l’équation possible d’un amour libre dédiée à nos présences rassemblées.

À une époque où il faut définir son identité, sa créativité, avec un sens aigu de l’anticipation, cette nouvelle création nage en eau trouble et le revendique, parce qu’à donner toutes les réponses, on fige l’imaginaire et notre capacité commune à nous inventer des lendemains qui chantent.

Dates de représentation

__

??|??|22

EN COURS | LIEU EN COURS (DEP)